Archives de catégorie : OJA

La place des victimes: deux événements traitent de la question !

Au cours des prochains jours, deux événements traiteront de la place des victimes, notamment dans le système de justice pour les adolescents. Le 14 octobre 2015 se tiendra l’événement Forum de discussion, organisé par l’Association québécoise Plaidoyer-victimes.  Cet événement vise à échanger, avec des acteurs du milieu, autour du thème Les victimes dans le système de justice pénale pour les adolescents: Peuvent-elles vraiment exercer leurs droits et recours ? L’événement sera suivi du lancement d’un nouveau guide  à l’attention des victimes, intitulé Votre parcours dans le système de justice: Quand le contrevenant est un adolescent. Cet événement aura lieu à la Maison du développement durable – Salle Ste-Catherine ( 50, rue Ste-Catherine Ouest, Montréal). Vous trouverez tous les détails de l’événement en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://www.aqpv.ca/index.php/56-demo/nouvelles-de-l-aqpv/232-les-victimes-et-le-systeme-de-justice-penale-pour-les-adolescents-forum-de-discussion-et-lancement-d-un-nouveau-guide

Aussi, les 16 et 17 novembre 2015 aura lieu le Symposium national sur la justice réparatrice. Cet événement d’envergure, qui se tiendra à l’hôtel Delta de Québec, regroupe des cliniciens, chercheurs, partenaires nationaux et internationaux, tous intéressés par la question. Au programme, plus d’une dizaine de conférenciers viendront présenter des ateliers. Tous les détails de l’événement sont disponibles en cliquant ci-dessous.

http://snjr-nrjs2015.ca/

Ensemble pour prévenir la criminalité : portrait d’un partenariat à Trois-Rivières

Dans le cadre d’une subvention octroyée par le Centre national de prévention du crime (CNPC), l’organisme de justice alternative (OJA) Aux Trois Pivots, situé à Trois-Rivières, a développé un projet de prévention de la criminalité.

Après une analyse rigoureuse des besoins observés à la suite de l’application d’un modèle de développement social communautaire appelé « Communities That Care « , l’OJA ainsi que ses nombreux partenaires de la communauté ont uni leurs forces afin d’offrir à la population de deux secteurs de la ville le Programme de renforcement des familles.

Ce programme prometteur vise à diminuer les facteurs de risque et augmenter les facteurs de protection liés à la criminalité chez les jeunes et les familles. Le programme consiste à regrouper des familles (adolescent(e)s et parents) sur une base volontaire, en abordant diverses thématiques, tout en poursuivant l’objectif de renforcer l’attachement, la communication au sein de la famille, ainsi que les normes et règles édictées par la famille. Sous forme d’échanges, les adolescents entre eux partagent leurs idées, leurs visions et leurs désirs sur les thèmes proposés, notamment la gestion de conflit, la pression des pairs et l’expression de soi au sein de la famille. Les parents aussi échangent sur des thèmes, souvent propres aux défis qu’ils rencontrent dans l’éducation et l’encadrement de leurs adolescents. Au terme de chacun des ateliers, les deux groupes sont réunis pour échanger en famille.

Le succès d’une telle initiative repose sur un ensemble de partenaires soucieux du bien-être de leur communauté: CSSS de Trois-Rivières, Office municipal d’habitation de Trois-Rivières, Sûreté municipale de Trois-Rivières, École des Pionniers, Centre jeunesse Mauricie – Centre-du-Québec, Maison l’Entr’Amis, Maison des jeunes Action-Jeunesse et le Centre de loisirs Multi-Plus.

De plus, le suivi et l’évaluation du programme sont assurés par madame Sylvie Hamel, chercheure à l’Université du Québec à Trois-Rivières.

Un programme unique au Québec : RÉPARADO

Le texte qui suit présente un programme novateur qui a vu le jour en novembre 2000 et dont Trajet, organisme de justice alternative, est très fier. Le programme RÉPARADO est un fonds qui a été développé pour permettre à des adolescents et à des personnes victimes de conclure des ententes monétaires au terme d’un processus de médiation. Ce programme est offert aux adolescents qui n’ont pas les ressources financières nécessaires pour proposer aux personnes victimes un geste de réparation impliquant une somme d’argent.

Une fois le montant déterminé et l’entente conclue entre les parties impliquées dans l’événement, les adolescents sont jumelés à un organisme d’accueil de la communauté afin qu’il réalise des heures de travaux bénévoles. Chaque heure travaillée dans la communauté est rémunérée au salaire minimum en vigueur et le programme permet à chaque adolescent d’amasser un montant maximal de $350 par personne victime. À titre d’exemple, un adolescent devant amasser un montant de 350$ devra travailler 34 heures au salaire minimum actuel. Lorsque l’adolescent a complété les heures de travaux bénévoles prévues à l’entente de médiation, un chèque provenant du fonds RÉPARADO est émis à la personne victime.

Avant que le programme RÉPADARO soit mis sur pied par Trajet, de telles ententes monétaires étaient plus rares en raison de la réalité des adolescents. En effet, étant pour la plupart étudiants, peu d’entre eux ont des économies ou occupent un emploi. C’est ainsi que depuis 14 ans, 223 adolescents ont remis un total de 44 000$ à 218 personnes victimes.

L’aspect monétaire n’est souvent que la conclusion de certaines mesures de médiation. Le processus de médiation se veut un lieu d’échanges entre l’adolescent et la personne victime, acteurs directement concernés par la commission de l’infraction. Une telle mesure permet, entre autres, aux personnes impliquées de s’exprimer et d’être entendues, de clarifier les circonstances entourant l’événement, d’apporter des réponses aux différentes questions, que des excuses soient formulées ou qu’un geste de réparation soit proposé pour compenser les impacts du geste délictueux. C’est habituellement à la fin de l’échange entre l’adolescent et la personne victime que l’aspect de la réparation est abordé. Si l’adolescent accepte de dédommager la personne victime et qu’il n’a pas les moyens financiers d’assumer cette responsabilité, le programme RÉPARADO sera alors mis à profit.

Les défis du programme RÉPARADO sont intimement liés à la pérennité du fonds. De nombreuses compagnies, fondations ou communautés religieuses ont contribué au fonds. Trajet espère toujours s’allier de nouveaux donateurs qui permettront à ce programme unique au Québec de demeurer encore longtemps un outil indispensable aux mesures de médiation.

Ce texte a été écrit par Lise Tremblay et Julie Pouliot, Responsables du programme RÉPARADO

Intervention policière et mesures extrajudiciaires: des partenaires au même diapason

Se tenait le 30 avril dernier à l‘École nationale de police du Québec un Séminaire portant sur l’intervention policière auprès des adolescents. L’École nationale de police du Québec a réussi de main de maître à réunir tous les acteurs gravitant autour de l’application d’une partie bien spécifique de la LSJPA, soit celle des mesures extrajudiciaires.

Plusieurs partenaires étaient réunis afin d’échanger sur les pratiques entourant cette partie de la LSJPA. Autant de policiers-patrouilleurs, de superviseurs, de formateurs et d’enseignants des collèges, de professionnels de Centres jeunesse et d’Organismes de justice alternative étaient réunis pour entendre le très uniforme message suivant: la bonne mesure au bon moment.

Les mesures extrajudiciaires appliquées par les policiers, concernant des infractions de gravité moindre commises par des adolescents, permettent à plusieurs jeunes contrevenants de répondre rapidement de leurs actes, toutefois en parallèle du traitement conventionnel qu’est le processus judiciaire régulier. Tous les acteurs présents s’accordaient sur le constat suivant : pour certains adolescents, le fait d’être interpellés et arrêtés par un policier peut être une mesure minimale suffisante et dissuasive; pour d’autres, l’application d’une mesure de renvoi à un OJA peut elle aussi être suffisante afin de tenir l’adolescent responsable.

Parmi les présentateurs qui ont animé ce séminaire figuraient des acteurs clés de l’application des mesures extrajudiciaires prévues à la LSJPA. Notamment, des représentants du ministère de la Sécurité publique du Québec, du Directeur des poursuites criminelles et pénales, des Centres jeunesse et d’Organismes de justice alternative (OJA).

La présentation faite par l’OJA Mesures Alternatives des Basses-Laurentides a permis entre autres d’illustrer concrètement le résultat de l’application des mesures de renvoi. Fort du partenariat qu’il a développé avec sa communauté Mesures Alternatives des Basses-Laurentides est un des OJA qui applique le plus de mesures de renvoi au Québec. Une pratique inspirante qui a permis à chacun des participants du séminaire de saisir la pertinence de l’application du renvoi.

 

 

La médiation dans les médias: Les pratiques des OJA mises en valeur à la radio de Radio-Canada

Les pratiques de médiation pénale, dont sont responsables les OJA, étaient mises en valeur et prenaient tout leur sens ce matin, lundi 6 janvier 2014, à l’émission de radio  C’est pas trop tôt, animée par Marie-France Bazzo et son équipe.

La chronique urbaine d’Hugo Lavoie racontait une histoire de réconciliation entre un jeune contrevenant et une citoyenne. À une heure de grande écoute, dans une émission populaire, il est ambitieux de céder la place aux jeunes contrevenants et leur(s) victime(s); Hugo Lavoie le fait avec pertinence et humanisme. À travers sa chronique, il illustre et démystifie la médiation pénale qui peut, dans certains cas, être une solution satisfaisante pour toutes les parties impliquées suite à la commission d’une infraction.

Constatant à son retour de voyage qu’une introduction par effraction avait été commise chez elle, une citoyenne souhaitait rencontrer le jeune contrevenant responsable de cette infraction. Les deux personnes ont eu l’occasion de vivre, en 2006, le processus de médiation pénale encadré par l’organisme Trajet.

Le chroniqueur Hugo Lavoie les a contactés, sept ans plus tard. Il nous offre dans une courte capsule audio, la conversation entre cette citoyenne et ce jeune adulte qu’est devenu cet ado auteur d’un vol par effraction. Une rencontre touchante qu’on peut écouter sur le site de l’émission.

Le chroniqueur précise qu’une soixantaine de dossiers sont en médiation chaque année sur l’île de Montréal.

OJA: une mission traduite en action

La mission des OJA consiste à développer et mettre en pratique, dans le domaine de la justice, des alternatives au système de justice traditionnel. La posture des OJA en matière de gestion d’infractions ou de conflits est la suivante: favoriser la participation active des personnes impliquées en poursuivant à la fois des objectifs de réparation et d’éducation.

Concrètement, les OJA appliquent des mesures extrajudiciaires, qui comprennent le renvoi communautaire appliqué par les policiers et les sanctions extrajudiciaires. Ces mesures permettent un traitement plus rapide des infractions sans violence commises par des adolescents. Les sanctions extrajudiciaires s’actualisent en mesures de réparation envers la victime ou envers la communauté et en activités de sensibilisation. Elles peuvent prendre la forme de processus de médiation, de travaux communautaires, de mesure de développement des habiletés sociales et de dédommagement financier.

Les OJA appliquent aussi des mesures judiciaires, ils participent donc à l’application de peines spécifiques ordonnées par la Chambre de la jeunesse en vertu de la LSJPA. Ces actions judiciaires peuvent se traduire par la participation à réaliser des mesures de réparation envers les victimes, notamment par le biais d’un processus de médiation. Les actions judiciaires peuvent consister aussi en des mesures de réparation envers la collectivité. Celles-ci peuvent prendre la forme de travaux bénévoles ou de dons à un organisme.

De plus, les OJA sont responsables de la mise en œuvre des ententes de travaux compensatoires prévues au Code de procédure pénale. En effet, les adolescents peuvent transformer le montant d’une contravention reçue en heures de travaux à réaliser auprès d’organismes de la communauté et les OJA sont responsables de la gestion de ces mesures.

Forts de leur croyance que les conflits peuvent être résolus différemment par l’implication des personnes directement concernées, les OJA actualisent leur mission par le développement de projets de médiation sociale et scolaire. Ces différentes initiatives amènent les gens de la communauté à s’impliquer et à contribuer à la résolution de situations conflictuelles par le biais de la médiation.  

Les OJA du Québec sont partie intégrante d’un système sophistiqué de prise en charge des adolescents contrevenants au Québec et contribuent à l’atteinte des objectifs de réparation, de réadaptation et de réinsertion sociale présents dans la LSJPA.

OJA: histoire d’un modèle d’intervention

Les Organisme de justice alternative (OJA), tels que nous les connaissons aujourd’hui, sont issus de projets expérimentaux à la fin des années 70, début 80.  À cette époque, certains projets de non-judiciarisation des jeunes délinquants commencent à émerger dans différentes communautés comme  Montréal,  Québec, Delson et  Victoriaville. À Montréal, le Programme de Travaux Communautaires (PTC) du Bureau de Consultation Jeunesse se voit confier le mandat d’expérimenter sur une période de trois ans la mesure de réparation que constitue les travaux bénévoles auprès de la communauté. Les objectifs de ce projet et des autres qui verront le jour  par la suite consistent à développer des mesures autres que judiciaires permettant de  traiter la délinquance tout en impliquant la communauté.

L’entrée en vigueur de la Loi sur la protection de la jeunesse en 1979 confirme ces objectifs et la légitimité de ces organismes s’intéressant au traitement de la délinquance des jeunes dans leur communauté. Nous assistons à la naissance de différents programmes de travaux communautaires et qui dit travaux communautaires dit aussi organismes d’accueil pouvant recevoir des jeunes afin de réaliser les travaux communautaires. Débute donc,  au même moment, les premiers partenariats avec différents organismes prêts à accueillir des jeunes contrevenants pour leur permettre  d’effectuer des travaux communautaires. À ce moment, les objectifs des travaux communautaires étaient notamment de répondre aux besoins des jeunes, d’impliquer les citoyens et de réparer les torts causés dans la communauté.

Il faut par contre attendre l’entrée en vigueur de la Loi sur les jeunes contrevenants, en 1984, pour  qu’un programme de mesures de rechange et qu’une entente de partenariat entre les organismes de justice alternative et les Centres jeunesse du Québec voient le jour. Un réseau d’organismes de justice alternative, responsables de voir à la réalisation des travaux communautaires est mis en place. C’est le coup d’envoi pour le développement d’autres mesures de rechange telles que la médiation et les groupes visant l’amélioration des habiletés sociales. Actuellement, le Québec compte 37 organismes de justice alternative qui offrent différentes interventions auprès des jeunes contrevenants, des victimes et de la communauté.

Il importe de souligner que l’adoption de la Loi sur l’aide aux victimes d’actes criminels en 1988 a fait une place plus importante aux victimes dans l’intervention auprès des jeunes contrevenants. De plus, en 1995, le rapport Jasmin intitulé  » Au nom de la loi et au-delà de la loi »  recommandait notamment d’accorder davantage de place aux victimes. Depuis 1995, des formations en médiation sont données aux intervenants des OJA dans le but d’impliquer les victimes dans le processus de gestion du conflit et ainsi permettre aux jeunes de réparer les torts causés auprès de celles-ci.

En 2001,  une entente-cadre est adoptée entre l’Association des Centres jeunesse du Québec et le Regroupement des organismes de justice alternative du Québec.  Cette entente définit la collaboration entre ces deux organismes et reconnaît le domaine de compétences et d’expertise de chacun d’eux.     

 

Les organismes de justice alternative – pour une intégration participative de l’individu dans sa communauté

Les organismes de justice alternative (OJA) représentent le résultat concret de l’apport théorique du courant appelé justice réparatrice. Les Organismes de Justice Alternative travaillent, entre autres, à faire des personnes impliquées dans un conflit les acteurs pricipaux de la résolution de ce conflit. Les OJA visent une meilleure intégration de tous les individus à leur communauté.

Dans le cadre de l’application de la LSJPA, les OJA appliquent, en collaboration avec les différents Centres jeunesse du Québec, les sanctions extrajudiciaires. Ils participent aussi à la réalisation de certaines mesures judiciaires en mettant en place, pour les adolescents contrevenants, des mécanismes leur permettant d’accomplir (et réussir) une peine spécifique comportant un nombre d’heures de travaux à effectuer au profit de leur communauté.

Pour davantage de détails, consultez le site de l’Association des organismes de justice alternative du Québec (ASSOJAQ) ainsi que le site du Regroupement des Organismes de justice alternative du Québec (ROJAQ)

Consultez l’entente cadre sur le programme de mesures de rechange survenue entre l’Association des centres jeunesse du Québec et le Regroupement des organismes de justice alternative du Québec.