Assujettissement et détention provisoire

La décision de La Reine c. X., 7 octobre 2013, C.Q., rendue par l’Honorable Julie Beauchesne, fait suite à une demande de la poursuite pour l’assujettissement d’un adolescent à une peine pour adulte. En effet, bien qu’il ait aujourd’hui 19 ans, l’accusé était âgé de 16 ans au moment des évènements qu’on lui reproche. Ce dernier a plaidé coupable à une accusation de meurtre au 2e degré perpétré sur une octogénaire.

Des plaintes ont par la suite été portées à son égard par les intervenants qui œuvraient avec lui pendant son séjour en centre de réadaptation. Effectivement, l’accusé aurait fait preuve de violence verbale et physique envers les intervenants. Ces derniers considéraient important que le Tribunal prenne en compte ces gestes d’agression afin de dresser un portrait juste du profil de l’accusé.

Pour trancher la demande d’assujettissement à une peine pour adulte, la juge a divisé son analyse en trois questions.

1. Quelle portion de la détention provisoire le Tribunal doit-il appliquer dans les circonstances?

Le Tribunal établit une distinction entre le Code criminel et la LSJPA pour ce qui est de la prise en considération du temps passé en détention provisoire. Effectivement, la Cour énonce que :

« [135] Contrairement au Code criminel, lequel prévoit que le « tribunal peut prendre » en considération cette période, l’article 38(3) LSJPA en fait un facteur à prendre en considération lors de la détermination de la peine. »

« [136] La Cour d’appel a rappelé le principe, qu’à moins de circonstances exceptionnelles, on ne devrait pas condamner un délinquant à la peine maximale si celui-ci a été détenu provisoirement une longue période. »

Par ailleurs, la Cour précise que bien qu’en justice pénale pour adolescents il soit impératif de « tenir compte » du temps passé en détention, il ne s’ensuit pas automatiquement un retranchement de la peine spécifique. La Cour mentionne à cet égard:

« [143] L’expression « tenant compte » contenue au paragraphe 38 LSJPA n’équivaut pas à un calcul mathématique ou un retranchement automatique. Cela veut aussi dire que le Tribunal doit évaluer et considérer le caractère approprié de la peine. »

En l’espèce, le Tribunal a bel et bien pris en considération la période de détention, mais il a estimé que le cas de l’accusé en était un d’exception. Selon la juge, afin de répondre aux objectifs de la loi qui sont de favoriser une responsabilisation et une réhabilitation de l’adolescent, il faut une peine qui soit suffisamment longue. Autrement, le Tribunal n’aurait « d’autre choix que de l’assujettir à une sentence adulte » .

2. Le Tribunal peut-il considérer lors de la détermination de la peine le fait qu’en centre de réadaptation l’accusé se serait livré à d’autres infractions criminelles et qu’il fait l’objet de plainte au niveau adulte en regard de ces évènements?

Le Tribunal en vient à la conclusion qu’il est pertinent de tenir compte d’autres infractions criminelles qu’aurait commises l’accusé lors de sa réadaptation. Effectivement, la Cour énonce que :

« [152] Lors de la détermination de la peine, l’article 38(3)f) LSJPA établit comme facteur à prendre en compte les circonstances aggravantes ou atténuantes relatives à la situation de l’adolescent. Il apparaît au Tribunal que la commission d’une infraction pour laquelle un adolescent n’a pas été condamné est pertinente au titre de la détermination de la peine de l’article 38. »

Or, la juge Beauchesne rappelle le principe fondamental auquel a droit l’accusé : la présomption d’innocence. Elle affirme que le Tribunal ne peut se permettre de se baser sur des évènements qui ne sont pas admis par la défense afin d’imposer une peine plus stricte à l’adolescent. En l’espèce, la poursuite n’avait pas prouvé hors de tout doute raisonnable les faits allégués.

3. La poursuite a-t-elle fait la preuve, suivant son fardeau, des critères visant à assujettir l’accusé à une peine applicable aux adultes?

La poursuite doit démontrer que la peine spécifique ne serait pas suffisamment longue pour rencontrer les objectifs soutenant le régime de détermination de la peine de la LSJPA .

Suite à la prise en compte de divers éléments, la juge en est venue à la conclusion que la situation de l’accusé nécessitait une longue réhabilitation et que les programmes carcéraux pour adultes ne pouvaient lui offrir des services spécialisés pour assurer efficacement sa réadaptation et sa réinsertion sociale.

En l’espèce, la Cour énonce que :

[190] Selon le Tribunal, la seule solution afin de protéger la société à long terme est de permettre à l’accusé de bénéficier d’une détention à Pinel où il profitera des services spécialisés visant à le réhabiliter.

« [195] Le Tribunal a deux choix, soit l’isoler dans un pénitencier et espérer qu’il soit réhabilité dans quelques années ou tenter, immédiatement, un plan de réhabilitation à l’Institut Pinel, lequel sera suivi d’une réinsertion sociale visant son autonomie avec des travailleurs sociaux qui sont à ses côtés depuis plusieurs années déjà. »

« [198] La peine adulte, quant à elle, équivaut à abandonner toute forme de réhabilitation, avant même d’avoir essayé. »

« [199] La preuve, telle que présentée à l’audience convainc le Tribunal qu’une peine spécifique de mise sous garde atteint les objectifs de la Loi, soit de lui offrir les meilleures chances de réadaptation et de réinsertion sociale, tout en suscitant chez lui le sens et la conscience de ses responsabilités. »

*Cet article a été rédigé par madame Amy Bowen, étudiante à l’Université de Sherbrooke en 3e année du Baccalauréat en droit.

Publié le 5 novembre 2013, dans Actualités, Jurisprudence, et marqué , , . Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s