ACFAS: Monsieur Denis Lafortune présente un portrait des adolescents faisant l’expérience de la LSJPA

Dans le cadre du 81e congrès de l’Association canadienne pour le savoir, Monsieur Denis Lafortune, professeur titulaire, École de criminologie de l’Université de Montréal, présentait les résultats préliminaires d’un projet de recherche rendu possible grâce au financement du MSSSQ. Bien que Monsieur Lafortune n’en soit qu’à la première étape d’analyse de ses données, ce qui signifie que des résultats plus détaillés seront ultérieurement communiqués, il lui était tout de même possible de fournir un portrait descriptif des jeunes contrevenants du Québec pour la période couvrant les années 2005 à 2010. Mentionnons que ce portrait des jeunes contrevenants du Québec est tiré à partir d’une population de près de 48 000 adolescents ayant fait l’expérience du système de justice pénale.
Le premier constat de cette étude d’envergure est surprenant: plus de 19% des ados ayant fait l’expérience du système de justice pénale sont des filles. Bien que les garçons demeurent surreprésentés (81%), la proportion de filles indique possiblement de quelconque modifications dans l’appareil socio-judiciaire, qui lui est le reflet d’une société en constante évolution…Il est toutefois impossible d’expliquer avec certitude, à ce point-ci des travaux, les causes faisant en sorte que les filles sont ainsi représentées.
En ce qui concerne les infractions commises par les adolescents, tout genre confondu, 40% concernaient des crimes contre la propriété. Fait intéressant, les crimes contre les personnes seraient presque aussi fréquents que les manquements et/ou bris aux ordonnances. Ces deux catégories représentent respectivement 23% et 20% des infractions commises par les adolescents.
De manière générale, les garçons sont auteurs d’un plus grand nombre d’infractions que les filles et ce pour toutes les catégories. On constate toutefois des exceptions, soit les voies de faits, menaces, fraudes et méfaits publics où le nombre moyen d’infractions commises par jeune est équivalent, voire parfois plus élevé chez les filles.
Rappelons qu’il s’agit de résultats préliminaires, que ce portrait est statique et qu’il ne peut tenir compte des multiples cheminements possibles, et différents, pour chacun des adolescents, dans chacune des régions administratives. Toutefois, il permet de démontrer, pour la toute première fois, des éléments caractérisant la situation des jeunes contrevenants au Québec depuis l’entrée en vigueur de la LSJPA.
D’autres résultats sont à venir, suivez-nous afin de demeurer informés!

Publié le 17 mai 2013, dans Actualités, Recherche. Mettre ce permalien en signet. Laisser un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s